janvier 14, 2018

Réduire son impact écologique

Depuis plusieurs années, je fais de plus en plus attention à ce que je consomme et ma manière de vivre.  Avec ce mode de vie plus conscient, j’ai développé des petits gestes au quotidien qui ne sont vraiment pas compliqués pour réduire mon impact écologique (et aussi vivre selon mes moyens et mes besoins).
Mais comment faire me direz-vous ? Je ne me complique pas la vie, je ne vous propose que des choses  simples, en fait.

Pour commencer au jardin :

Récupérer l’eau de pluie : j'ai un puits dans mon jardin et je récupère aussi une partie de l'eau du toit de la maison et de ma cabane de jardin via une gouttière. Juste un petit conseil si vous avez un puits comme moi, il est préférable de le couvrir lorsqu’il ne pleut pas pour éviter que les moustiques y fassent leur nid. Vous pourrez utiliser cette eau pour arroser vos fleurs et votre jardin. Moi je m'en sers aussi pour toutes mes plantes d'intérieur.

Faire du compost : j'ai un composteur en bois, ce qui me permet de réduire sérieusement mes déchets et comme je suis une gentille voisine, des amis et voisins viennent le remplir également (n'est-ce pas Mimi?), cela nous donne (oui, je le partage ensuite) un beau compost qui va directement dans mon potager ou dans les balconnières du voisinage.




Faire attention à certains points lorsque l'on fait ses courses: 

Arrêter d’acheter des bouteilles d’eau : j'achète rarement de l'eau gazeuse en bouteille, mais pour l'eau plate, c’est un geste tellement simple, qui vous fera économiser beaucoup. Après n'hésitez pas à vous faire plaisir en achetant une ou deux bouteilles réutilisables et adoptez le réflexe de ne jamais sortir sans l’une d’elles.

Acheter en vrac en amenant ses contenants : acheter en vrac, je m'y suis mise avec le bio il y a plus de 4 ans. C’est plus économique (cool), mais c’est aussi très écologique (la planète nous remercie), surtout si vous amenez vos contenants des sacs (un grand merci à ma petite maman qui nous a confectionné des sacs de toutes tailles et de toutes les couleurs en coton bio recyclé) mais aussi des pots en verres bien pratiques.

Au marché, dans les magasins bio, mais aussi dans les petites enseignes j'avoue avoir de moins en moins de refus, mais je vous conseille tout de même de vérifier auparavant, pour ne pas vous charger inutilement !

Garder les pots de verre pour les réutiliser : en lien avec le point précédent, prenez l’habitude de conserver les pots de verre que vous pourrez réutiliser par la suite. Et cela vous évitera d'avoir à les acheter (avec le potager, mes simples et tous mes arbres fruitiers, j'en fait une consommation incroyable, alors je n'hésite pas à demander autour de moi, et mes fournisseurs/recycleurs, sont toujours contents de recevoir quelques pots pleins de mes productions en échange).

Acheter autrement : prenez l’habitude, quand vous avez besoin de quelque chose, de fouiller dans les friperies, les vide-grenier, les magasins seconde main, les recycleries. Et cela pour les mêmes raisons que précédemment, avec un peu de patience vous pourrez tout trouver. Et puis ainsi vous pensez à l'environnement en donnant une seconde chance à un objet qui existe déjà et vous évitez que l'on en crée un nouveau.

Réfléchir avant d’acheter : mon pouvoir d'achat a énormément baissé, je me retrouve seule avec deux jeunes étudiantes et tous les frais occasionnés ... Alors, non seulement je réfléchis, mais je pratique aussi "un objet qui entre = un objet qui sort" de chez moi. Ce truc m’évite énormément d’achats inutiles, c'est aussi un bon moyen pour éviter de gaspiller, d’acheter en double ou d’accumuler des trucs dont on ne se sert pas chez soi.

Et changer quelques habitudes de vie, si ce n'est pas déjà fait :  

Utiliser des produits naturels : je fais aussi attention aux produits que j'utilise, bicarbonate de soude et vinaigre blanc font partie de mon quotidien. Pour les autres produits ménagers, je veille juste à mieux les choisir, et j'en utilise beaucoup moins.

Fini le coton, nous utilisons des démaquillants lavables : là encore, je me suis mise à la couture et ma maman a mis la main à la  pâte en me confectionnant des carrés démaquillants réutilisables tout doux en coton bio et réversibles, ce n'est vraiment pas compliqué , il vous faut du tissu et un peu de biais. J'ai commencé il y a maintenant 5 ans, avec les filles nous en avons une cinquantaine, chacune, et seuls deux utilisés pour le vernis ont été jetés. En plus d'être très doux, vos démaquillants lavables dureront bien plus longtemps.

Adopter la Cup ou les serviettes lavables: depuis plus de 4 ans, j'ai adopté la fameuse coupe menstruelle ou Cup. Et franchement je ne regrette pas, cela me convient, je la trouve facile à utiliser , c’est super pratique en voyage,  quand on fait du sport (en vélo et en footing, le bonheur !) mais aussi quand on ne peut pas faire de pauses trop souvent au travail, et surtout, je n'ai pas d'éléments toxiques dans mon corps. J'en ai deux et en les entretenant bien, je n'ai pas encore eu à les changer.

DIY :Je suis une adepte du DIY depuis toujours, parce que je suis curieuse, que j'aime expérimenter. Je fais mes confitures, mon jardin bio, je cuisine beaucoup et je conserve aussi mon excédent de légumes et de fruits pour en profiter en automne et en hiver. Je suis aussi une adepte du bricolage : scrapbooking (digital ou tradi), peinture,  j'entretiens moi-même ma maison, couture... mais je n'avais encore jamais créé mes produits de beauté ou d'entretien avant 2015.


Pour l'instant je ne me suis pas lancée dans de nombreuses choses, j'ai déjà testé du produit pour mon lave-vaisselle, du shampoing, et pour le reste j'ai quelques fournisseurs et surtout amis (principalement Susie et Marie), qui font des baumes à lèvres, des crèmes hydratantes, du shampoing, des savons... et cela me suffit et réduit encore considérablement mes déchets.

"0 déchet" : Je ne suis pas encore une personne "zéro déchet", mais avec le compost et le recyclage de certains déchets je suis passée à un petit sac de 10 litres par mois, je trouve que pour 3 personnes, c'est assez raisonnable même si je peux encore m'améliorer. Il me reste, désormais, à trouver un bon producteur de beurre chez qui je pourrai apporter mon beurrier. Pour le reste je m'en sors pas mal, et  ce n'est vraiment pas contraignant quand on a envie de changer un peu les choses.

décembre 31, 2017

Fondation Vuitton et le MOMA


Un peu d'art pour terminer cette année.
La fondation Louis Vuitton a la chance d'avoir pour quelques mois
une partie de la collection du MoMa.
Cela coûte moins cher, de se rendre à Paris qu'à New-York
et quel bonheur de découvrir en vrai des œuvres connues.
A voir et à revoir...




décembre 27, 2017

Lecture du jour...

« Les serments les plus forts se consument 
au feu de la passion comme une paille légère. » 
William Shakespeare